À l’approche du second tour des élections législatives, la question se pose. Le CAC 40 est-il en danger ou amorce-t-il un rebond durable ? La probabilité des scénarios les moins favorables pour la bourse semble refluer après le premier tour. Faut-il néanmoins rester prudent sur les actions ? Nous faisons le point sur l’impact de la crise politique sur le CAC 40.

CAC 40

Législatives : Le CAC en danger ?

 

Un contexte politique déterminant

La Bourse de Paris et les autres marchés européens traversent une semaine particulière, marquée par la perspective de nouvelles compositions des gouvernements français et britannique. La situation est d’autant plus tendue après la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron. Le premier tour des élections législatives a néanmoins apporté une certaine accalmie aux investisseurs.

Le scénario redouté d’une majorité absolue du Nouveau Front Populaire (NFP) semble écarté. En effet, le programme économique du NFP, perçu comme très coûteux, inquiétait les investisseurs par la perspective d’une augmentation des taux d’imposition et des taux à long terme. En conséquence, cette éventualité augmentait le stress sur le marché parisien.

 

Un recul du risque politique

 

Les résultats du premier tour montrent que le NFP n’atteindra pas la majorité absolue, ce qui apaise les craintes. La part de voix du NFP, bien que significative, n’est pas suffisante pour prendre le pouvoir, réduisant ainsi les risques pour le marché.

Par ailleurs, le Rassemblement National (RN), bien que moins craint que le NFP, présente également des risques pour les marchés. Toutefois, le score historique du RN n’a cependant pas atteint les prévisions des sondages. Ce résultat plus faible qu’envisagé, a entraîné une hausse des actions des entreprises potentiellement impactées par leur éventuelle accession au pouvoir. Les banques (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole), les services aux collectivités (Veolia, Engie) et les médias (TF1, M6) ont ainsi enregistré des hausses significatives dès le lundi suivant le premier tour.

 

 

Législatives : Le CAC en danger ?

Législatives : Le CAC en danger ?

 

 

Le second tour, un facteur d’incertitude

 

Le second tour des élections législatives, prévu pour le 7 juin, reste un scrutin déterminant. Le risque d’une majorité absolue du RN est faible, mais non nul. Les tractations politiques vont bon train, et devraient modérer les propositions de campagne les plus radicales. Ainsi, les marchés devraient être davantage rassurés.

La probabilité d’un Parlement sans majorité est forte aujourd’hui. Et cela pourrait entraîner un malaise politique durable. Par ailleurs, la situation des finances publiques françaises, déjà fragile, compliquera la tâche du futur gouvernement pour maîtriser le déficit budgétaire. Enfin, les programmes de dépenses de la droite comme de la gauche, en contradiction avec l’objectif de réduction du déficit, ajoutent à cette complexité.

 

Opportunités et risques sur les actions françaises

 

Malgré les incertitudes, il se dégage des opportunités sur les actions françaises, notamment dans les secteurs qui ont le plus souffert récemment. Par exemple, les banques, services publics et infrastructures offrent peut-être un bon market timing actuellement. Pour ne citer que le titre BNP, ce dernier était à 73,08 le 20 mai dernier, pour atteindre 57,36 le 14 juin et rebondir à 62,46 le 3 juillet. D’autre part, il est important de noter que les inquiétudes sur la mise en œuvre de politiques budgétaires non orthodoxes sont jugées exagérées, ouvrant la voie à une remontée des cours.

Cependant, la prudence reste de mise. Les taux à long terme et la Bourse de Paris risquent de rester volatils encore quelques temps. En effet, la thèse d’une volatilité continue des obligations d’État françaises et des actions, en raison d’une probable instabilité politique persistante reste au coeur de notre scénario central.

 

Analyse et perspectives

 

L’Europe fait face à des défis structurels qui impactent sa productivité par rapport aux États-Unis, notamment la fragmentation des marchés, une forte proportion de petites entreprises, une fiscalité élevée et des dépenses de R&D plus faibles. Depuis la crise financière mondiale de 2008, ces désavantages se sont atténués. Ainsi, les petites entreprises, qui représentent une part significative du tissu économique européen, allouent souvent leurs ressources moins efficacement que les grandes et adoptent plus lentement les nouvelles technologies.

Les investisseurs se demandent si les petites entreprises pourront capter la valeur ajoutée par la révolution de l’intelligence artificielle. Historiquement, les petites capitalisations tendent à surperformer les grandes à long terme. Mais en période d’incertitude macroéconomique, les investisseurs préfèrent souvent la sécurité des grandes capitalisations. Cela explique pourquoi les petites et moyennes capitalisations européennes ont sous-performé leurs homologues plus grandes ces dernières années. Cependant, elles offrent une croissance des bénéfices à long terme plus élevée à prix réduit et devraient mieux performer au second semestre 2024.

 

 

Législatives : le cac en danger

Législatives : Le CAC en danger ?

 

 

Les petites et moyennes capitalisations tendent à afficher une croissance plus élevée

 

Les petites et moyennes capitalisations tendent à afficher une croissance plus élevée et sont moins exposées aux secteurs défensifs. Elles représentent également une cible de choix pour les acquisitions. La récente hausse des taux d’intérêt initiée par la BCE a pénalisé ces entreprises, plus sensibles au resserrement monétaire. Le début de l’assouplissement monétaire de la BCE devrait profiter aux petites et moyennes entreprises, avec des perspectives particulièrement positives en Europe.

Ces Small et Mid caps se sont dépréciées et se négocient à des valorisations relatives proches du plus bas depuis 20 ans. Une correction de cette sous-évaluation semble inévitable, impliquant un potentiel de surperformance à deux chiffres. Les révisions de la croissance des bénéfices sont également un signal clé pour réinvestir dans ce segment.

 

Conclusion

 

Le CAC 40 pourrait amorcer un rebond durable, mais la prudence reste de mise à l’approche du second tour des élections législatives. Les marchés réagissent favorablement à l’écartement des scénarios les plus redoutés, mais la volatilité pourrait persister. Les investisseurs doivent rester attentifs aux évolutions politiques et économiques pour saisir les opportunités tout en minimisant les risques.

Pour les néophytes de l’économie et de la finance, il est essentiel de se tenir informé des analyses et des conseils des experts pour naviguer dans ce contexte incertain.

 

Disclaimer

 

Cet article est fourni par Centaure Investissements à titre informatif uniquement et ne constitue pas un conseil en investissement, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente de titres financiers. Les informations présentées sont basées sur des sources jugées fiables mais ne peuvent garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. Les opinions exprimées sont celles de leurs auteurs et peuvent être modifiées sans préavis. Toute décision d’investissement doit être fondée sur une analyse individuelle et indépendante. Les performances passées ne préjugent pas des résultats futurs. Nous déclinons toute responsabilité en cas de pertes ou de dommages résultant de l’utilisation de ces informations. Nous vous recommandons de consulter un conseiller financier avant de prendre toute décision d’investissement.

 

 

 

Législatives : Le CAC en danger ?

 

Nos articles les plus consultés

La politique française en pleine effervescence

La période est historique ! Non seulement parce que nous sommes à quelques jours des JO de Paris, mais aussi parce que nos politiques nous surprennent chaque jour davantage. En effet, la politique française n’a jamais été aussi imprévisible. Cette semaine, les...

Législatives : Quelles conséquences pour les placements

La situation actuelle en France est sans précédent. Pour la première fois sous la 5ème République, nous nous retrouvons face à une Assemblée nationale ingouvernable. La victoire surprise du Front des gauches, combinée au renversement de tendance pour le Rassemblement...

Faut-il craindre un scénario à la Liz Truss pour la France ?

En suggérant qu’une victoire de l’extrême-droite provoquerait un scénario « à la Liz Truss* » comme le rapporte Le Figaro, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, envisage le pire pour l’après-législatives. Une attaque spéculative contre la France...

Épargne : Faut-il s’inquiéter ?

Le sujet à ne pas manquer en ce mois de juillet : Épargne : Faut-il s'inquiéter ?   Dans cette vidéo intitulée "Épargne : faut-il s'inquiéter ?", nous explorons l'actualité économique et financière post-législatives 2024 avec un focus particulier sur l'assurance-vie....
INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

Recevez l'actualité patrimoniale directement dans votre boîte mail en un clic. Nos experts décryptent pour vous l'actualité et les problématiques patrimoniales pour vous aider à accomplir vos projets.

You have Successfully Subscribed!

M