Depuis les taux négatifs à la taxation des dépôts

Cela fait maintenant plusieurs semaines que les taux négatifs ont fait une entrée remarquée sur la scène financière européenne. Et les effets de cette situation inédite jusqu’alors commencent à se faire ressentir plus âprement pour certains que pour d’autres.

 

Des banques qui font grise mine

En effet, l’une des principales conséquences de cet événement est que les banques se trouvent contraintes de placer leurs liquidités à des taux négatifs. Et alors nous direz-vous ? Et bien pendant que l’argent que vous épargnez à un taux nul reste bien à l’abri des coffres, les banques perdent le leur à conserver le vôtre.

Or la conséquence n’a pas tardé à se faire sentir et l’on voit ainsi les banques privées commencer à opérer une taxation des liquidités qui alimentent les grands comptes. Et bien saviez-vous que cela fait de vous la partie la plus avantagée de tout le circuit financier ? Surpris ? Et pourtant, si l’on considère les gains potentiels des fonds euros placés en assurance-vie, ceux des livrets défiscalisés jusqu’à la simple détention de votre compte courant, vous êtes le seul acteur du circuit financier à ne pas perdre d’argent ( hors fiscalité, frais de gestion ou de tenue de compte et inflation) lorsque vous souhaitez le placer en toute sécurité.

 

 

Une configuration parfaitement inédite

Qu’il s’agisse d’une petite entreprise, d’une grande société ou d’une banque, tous doivent mettre la main à la poche. Jusque-là, ça, vous l’aviez compris et peut-être même ne vous en êtes-vous pas ému outre mesure. En revanche, la petite nouveauté c’est que les gros patrimoines se retrouvent eux aussi contraints de payer pour s’offrir un placement de liquidités sécurisé. Allez, avouez que celle-ci vous ne l’aviez pas vu venir.

En effet, aussi surprenant que cela puisse paraitre, les taux négatifs ont rebattu les cartes. Les petits épargnants, qui représentent d’ailleurs une grande majorité des épargnants hexagonaux, se retrouvent plus avantagés que les clients dont la hauteur de leur patrimoine leur ouvre habituellement toutes les portes des plus grandes privées.

Pourtant, pendant ce temps-là, on estime à 600 000 000 000 d’euros le volume de liquidités détenu directement chez les particuliers. Si l’on a observé une progression de 50% de ce volume sur la dernière décennie, parallèlement le nombre de transactions réalisées par ce moyen de paiement se réduit d’année en année.

 

 

Une situation qui pose question

Cette situation pose question sur l’avenir des fonds en euros dans les contrats d’assurance vie particulièrement. L’ensemble des acteurs commencent à couper le robinet des rendements, déjà très dégradés depuis quelques années. Pourquoi ? Parce que les fonds en euros sont composés majoritairement d’obligations d’Etat à 10 ans. Il va être compliqué de proposer un rendement positif alors que ces obligations  du 2ème semestre 2019 sont à rendement négatif pour les 10 prochaines années (Cf. notre article sur la loi Sapin 2 en cliquant ICI).

De plus, l’obligation de solvabilité des compagnies d’assurance et des banques s’ajoute à la problématique du coût de l’épargne. Et surtout, le spectre des risques de faillite en cas de remontée des taux subite inquiète les acteurs, qui globalement, veulent en finir avec cette exception française que sont les fonds en euros. En clair, les taux négatifs ont accéléré les choses et mis en ébullition le secteur de l’assurance-vie entre autres (Lire article des échos en cliquant ICI).

Enfin, deux typologies d’épargnants sont particulièrement concernés par la baisse des taux et la potentielle fin des fonds en euros. Les particuliers, exposés à une potentielle situation de blocage (Loi Sapin 2) et qui vivent pour certains , au quotidien sur tout ou partie de leurs contrats, quelques fois mono-support en complément de leurs retraites. D’autres encore utilisent cette épargne pour payer le loyer d’une maison de retraite par exemple. Cela représente plusieurs milliers de contrats en fonds en euros encore en circulation.

Se pose également la question de la trésorerie d’entreprise. Précieuse, liquide, non exposée, elle doit pourtant trouver sa place dans le logiciel de l’épargne. Mais les banques sont bien en peine de proposer des solutions actuellement. Elles existent pourtant grâce à certaines alternatives aux fonds en euros, comme par exemple les fonds obligataires datés ou Crédit Short Duration (Haut Rendement 2025 – Crédit Short Duration) à loger en compte-titre ou en contrat de capitalisation luxembourgeois par exemple. Il est possible également d’envisager des solutions immobilières liquides ou auto-call pour les profils les plus dynamiques.

 

 

Pour en savoir plus

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

 

 

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

 

Nos articles les plus consultés

Le Plan d’Epargne Retraite Individuel ou PERIn

 Le Plan d'Epargne Retraite Individuel ou PERInCréé par la loi Pacte pour booster l’épargne retraite, le PERIn peut être ouvert depuis le 1er octobre 2019. Nous vous proposons d’en découvrir les particularités.  https://player.vimeo.com/video/365539715?app_id=122963  ...

Fiscalité des successions et des donations en discussion au Parlement (Sénat 23/10/2019)

Le Sénat vient d'adopter une proposition de loi visant à modifier la fiscalité des successions et des donations.Ce qu'il faut retenir des prochaines modifications sur les successions et les donations en 2020Le Sénat a adopté le 23 octobre dernier une proposition de...

Impôts – placements – immobilier : l’information patrimoniale du 4ème trimestre 2019

Retrouvez le 4ème numéro de l'année 2019 et approfondissez les sujets qui vous intéressent où vous voulez, quand vous voulez.   Centaure Investissements vous informe sur les sujets patrimoniaux qui vous concernent :ImpôtsPlacementsImmobilierTransmissionRetraiteEt...

Découvrez quel est en réalité le coût d’une acquisition immobilière ?

Découvrez quel est en réalité le coût d’une acquisition immobilière ?   Synonyme de rentabilité élevée et de sécurité, le succès de l’immobilier auprès des Français ne se dément pas. Mais pourrait-il ne s’agir en réalité que d’une image magnifiée de...
M