Il faut bien se le dire. Le fonds euro ne brille pas vraiment par son haut niveau de rémunération. D’autant que la sécurité qu’on lui prête habituellement reste somme toute assez relative. Voilà pourquoi il semble opportun pour les épargnants de s’intéresser à d’autres fonds qui peuvent constituer de bonnes alternatives.

Ce n’est un secret pour personne. Les épargnants français aiment le fonds euro de l’assurance-vie. En fait, ils en sont même friands. Ceci reste vrai malgré un faible niveau de rémunération. En effet, au regard des prévisions, celui-ci devrait osciller entre 1,4% et 1,8% (hors prélèvements sociaux). Or, ces taux apparaissent sensiblement identiques au niveau de l’inflation. Il faut donc en conclure que le rendement réel du fonds euro de l’assurance-vie avoisine les 0. En revanche, ce produit certes peu rentable, offre aux épargnants hexagonaux une solution de maintien de leur pouvoir d’achat ainsi qu’une garantie de leur capital.

 

Les épargnants français aiment le fonds euro

 

Malgré tout, le fonds euro de l’assurance-vie n’affiche qu’une sécurité relative. En effet, la PPE (Provision pour Participation aux Excédents), la réserve de capitalisation, les fonds propres de la compagnie ainsi que les différentes sécurités participent de la réputation du fonds euro de l’assurance-vie. Cependant, croire en l’absence de risques dans l’hypothèse d’une forte remontée des taux à court terme serait naïf. Raison pour laquelle les épargnants devraient s’intéresser à d’autres fonds qui présentent un niveau de rémunération intéressant et moins d’aléas.

Rappelons que les investissements en fonds euro portent sur des obligations à long terme. Aux dires des experts, dans la mesure où les investisseurs exigent un ajustement de la rémunération, il faut s’attendre à ce que les taux d’intérêt remontent et que la valeur de ces titres d’emprunt dégringole. Un pareil scénario trouve son origine dans ce que les obligations font l’objet d’un enregistrement au coût historique et non à leur valeur réelle au jour le jour. Cela implique que lors d’une remontée des taux, une obligation valorisée à 100 euros dans le fonds euro pourra éventuellement se dévaloriser à 90. Et ce, alors même que la valeur comptable attachée à cette obligation se maintiendra à 100 euros dans le fonds.

Puisque le fonds ne doit pas faire face à des retraits conséquents des épargnants, le mécanisme parvient à maintenir son équilibre. En revanche, en cas de sorties importantes, les obligations devront être cédées sur le marché pour 90 euros. Cela entrainera une perte à hauteur de 10%. Or, il s’agit d’une perte très élevée lorsque l’on considère la faiblesse du rendement connu au départ.

 

 

Un fonds euros vulnérable en cas de retraits massifs ?

La question se révèle tout à fait pertinente puisque les experts s’accordent à penser qu’il est hautement probable d’observer des retraits importants si les taux d’intérêt venaient à grimper. Certes, le rendement avoisine les 1% en fonds euro. Mais il s’élève à 2 voire 3% sur le marché. Ainsi, tout le monde voudra sortir de ce fonds et choisira d’obtenir 2 ou 3% en placement de trésorerie à court terme.

De plus, à la remontée des taux, le rendement du fonds euro sera confronté à une inertie négative qui pèsera sur son évolution. Certes, tous les ans une part du portefeuille fait l’objet d’un renouvellement (en raison de l’arrivée à échéance de certaines obligations) au moyen de nouvelles obligations à des taux plus élevés.  Malgré cela, les faibles rendements affichés lors des années précédentes auront un impact durable sur la rémunération globale du fonds euro.

Voilà qui explique l’objectif de la loi Sapin II : « empêcher les détenteurs de fonds euro d’en sortir ». Cela explique aussi la frilosité des assureurs lorsqu’il s’agit de faire entrer de nouveaux épargnants.

 

Une alternative possible au travers de certains fonds de sociétés de gestion…mais sans garantie de capital

 

Afin de prévenir les risques de potentielles sorties massives de fonds euro, les épargnants peuvent porter leur regard sur un certain nombre de sociétés de gestion qui proposent des solutions intéressantes. A ce titre, nous pourront notamment citer le cas de «  M&G Optimal Income Fund » (code ISIN GB00B1VMCY93) proposé par le gestionnaire d’actifs britannique M&G. La particularité de ce fonds est qu’il s’agit d’un fonds mixte prudent. Une part prépondérante de sa composition est constituée d’obligations de diverses catégories :

  • Souveraines (émises par un Etat)
  • Investment grade (émises par des entreprises de grande qualité)
  • Haut rendement (présentant un risque de défaut plus élevé)

Ce fonds est aussi en mesure de réaliser quelques investissements sur les actions. Les personnes en charge de la gestion du fonds peuvent, en outre, initier des positions vendeuses en misant sur la baisse des cours des obligations afin de réduire le risque lié à une éventuelle remontée des taux. Sur les trois dernières années, à raison d’une volatilité limitée, il a permis de gagner en moyenne 2% par an.

 

 

 

Pour ceux qui seraient en quête d’un peu plus d’originalité, nous vous présentons le fonds Sextant Bond Picking (code ISIN FR0013202132) proposé par la société Amiral Gestion. Cette dernière est en mesure de réaliser des investissements sur des obligations négligées par une majorité de sociétés de gestion. Pourtant, celles-ci affichent régulièrement des rendements intéressants. A titre d’exemple, il pourra s’agir d’obligations qui n’ont pas fait l’objet de notations par les agences de notations. En effet, le niveau de risque de l’émetteur correspondant est jaugé directement par le gestionnaire d’actifs. Il pourra aussi s’agir d’obligations convertibles qui ne feront plus l’objet d’une conversion en actions. Néanmoins leur rendement mérite de s’y intéresser.

Ce dernier fonds présente deux qualités essentielles : plutôt rémunérateur et faiblement sensible au risque de remontée des taux. Pour preuve, Jean-Baptiste Barenton rappelle qu’« à fin octobre, le rendement après couverture du risque de change de la poche obligataire ressortait à 5,4%, soit une rémunération de 2,9% pour l’ensemble du fonds, ce dernier étant liquide à 45%. Le poids important des liquidités et la faible durée de vie moyenne des obligations limitent par ailleurs l’impact qu’aurait une éventuelle remontée des taux sur la valeur du fonds”. “La courte durée de vie des obligations nous permettra d’investir les tombées à de meilleurs rendements. De même, notre importante poche de liquidités est prête à être investie à des taux supérieurs ou pour profiter d’opportunités d’investissement que pourrait offrir le marché”, ajoute l’expert.

 

 

Pour en savoir plus

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

 

 

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

 

Nos articles les plus consultés

SCI : I.S. or not I.S. ?

Le vent favorable qui souffle actuellement sur la fiscalité des plus-values immobilières conduit beaucoup de gérant de SCI à s’interroger sur la pertinence de soumettre les sociétés civiles immobilières (SCI) à l’impôt sur les sociétés. Alors, faisons le point ......

Impôts – placements – immobilier : l’information patrimoniale du 2ème trimestre 2019

Retrouvez le deuxième numéro de l'année 2019 et approfondissez les sujets qui vous intéressent où vous voulez, quand vous voulez.  Centaure Investissements vous informe sur les sujets patrimoniaux qui vous concernent : Impôts Placements Immobilier Transmission...

DU NOUVEAU EN MATIERE FISCALE : QUEL IMPACT SUR VOTRE PEA ?

Cela fait moins d’un quinquennat, comprenez 5 ans, que vous détenez un PEA (Plan d'Epargne en Actions) ? Alors sachez que les retraits que vous pourriez réaliser par le biais de ce type de placement font l’objet d’une imposition au titre du PFU (Prélèvement...

Plafonnement des avantages fiscaux ? On vous dit tout !

Plafonnement des avantages fiscaux ? On vous dit tout !Si vous bénéficiez de crédits et réductions d’impôts, sachez que certains de ces avantages sont plafonnés. On vous dévoile tout !  Nos experts sont formés sur ces problématiques, et les exemples donnés au dessous...