Expert chevronné, afficionado ou néophyte averti en matière d’investissement, il y a fort à parier que vous avez déjà entendu parler des obligations. Il est même possible que vous ayez eu l’opportunité de vous lancer sur le marché obligataire. Cependant, savez-vous vraiment ce qu’est une obligation ? Comment souscrire à ces titres ? A quoi faut-il prêter attention ? Vous allez tout savoir dans cet article pour investir en toute tranquillité.

 

Retour aux fondamentaux

 

Pour diverses raisons, les entreprises, les collectivités territoriales voire même un Etat peuvent requérir à de nombreux créanciers pour obtenir du financement. A cette fin, ils vont émettre les fameuses obligations qui nous occupent. Par « obligations » comprenez une fraction de la dette contractée par ces organisations. Par l’acquisition de ce que l’on peut assimiler à des parts de dette, les souscripteurs vont, de facto, se muer en créanciers.

Le mécanisme est le suivant. Vous achetez une des obligations émises. En contrepartie, au bout de 5 à 30 ans, le capital investi vous sera rendu à échéance fixe. De plus, vous bénéficiez d’une rémunération périodique, annuelle ou trimestrielle, que le débiteur vous verse selon un taux fixe ou variable.

On appelle « valeur nominale », votre capital de départ. La « maturité » représente la durée de la dette et le « coupon » fait référence au taux d’intérêt sur lequel repose votre rémunération.

 

 

Prenons l’exemple suivant. « Une entreprise a besoin d’emprunter 10 millions d’euros. Elle divise cet emprunt en 1 000 parts de 10 000 €. Chaque obligation coûtera donc 10 000 €. Le taux d’intérêt est fixé à 5 % et la durée de l’emprunt fixée à 10 ans. Vous pouvez décider d’acquérir une de ces obligations.

Si la périodicité de rémunération est annuelle, vous recevrez donc 500 € par an pendant dix ans. Au bout de la dixième année, l’émetteur vous remboursera une dernière échéance de 500 € ainsi que vos 10 000 € de départ. Votre revenu s’élèvera à 5 000 € (500 € x 10ans) ». Source : Bercy Infos Particuliers

 

Tenté par l’acquisition d’obligations ?

 

Lorsque vous achetez une obligation par le biais d’un intermédiaire financier agréé, comme votre conseiller en gestion de patrimoine ou votre conseiller bancaire, vous acquérez un titre qui vous permet de prouver que vous avez effectivement prêté une certaine somme. Ce même titre vous ouvre donc droit à rémunération pour une période définie.

Il existe deux sources d’émission d’obligations. La première concerne le marché « primaire ». Dans cette hypothèse, vous souscrivez les obligations en direct avec l’émetteur de ces dernières. La seconde source concerne le marché « secondaire ». Entendez « en bourse ». Dans ce cas, les obligations sont acquises auprès d’investisseurs qui acquièrent et vendent ensuite les obligations sur le marché « primaire ».

Il faut tout de même préciser, qu’à l’inverse du marché primaire, l’obtention desdites obligations au travers du marché secondaire est soumise à des frais de transaction.

 

 

La vigilance reste de mise !

 

Comme souvent dans une relation créancier-débiteur, le risque le plus saillant consiste dans la faillite du débiteur. Circonstance qui aurait pour conséquence de vous priver de l’espoir de tout retour de la somme prêtée. Pour les plus anciens, souvenez vous des fameux emprunts Russes par exemple. Raison pour laquelle le taux d’intérêt représente la part de risque acceptée par l’investisseur. Ainsi, plus le taux d’intérêt s’avère rémunérateur, plus le risque pris par ce dernier est élevé. Alors, pour vous prémunir contre le risque d’absence de remboursement de l’ensemble du prêt accordé par vous, il sera judicieux et prudent de privilégier des coupons moins rémunérateurs. Ou par ailleurs, d’investir en unités de comptes regroupant plusieurs obligations (souvent une centaine), et de les loger dans une assurance vie. Le risque est divisé entre l’ensemble des entreprises émettrices au sein d’un même fonds obligataire.

Mais le risque de défaillance n’est pas le seul point d’attention. En effet, dans l’hypothèse d’une revente prématurée, la valeur de l’obligation est susceptible de diminuer. En outre, le repreneur pourrait faire défaut dans la situation d’une revente de l’obligation.

Le site de l’AMF (Autorité des Marchés financiers)vous permettra de faire un tour d’horizon de la plupart des risques liés à la souscription d’obligations.

 

 

Les opportunités d’investissement en obligation du moment :

 

Pour loger dans l’assurance vie :

 

Fonds Obligataire Oddo BHF Haut Rendement 2025 : A découvrir en cliquant ICI

Fonds Obligataire Tikehau 2022 : A découvrir en cliquant ICI

 

En direct :

 

Obligations en direct : J-10 pour proposer le placement obligataire de VIF (Groupe VALLAT)

Le financement du projet VIF se termine bientôt.
Il vous reste une dizaine de jours pour accéder à cet investissement.

Les caractéristiques principales.

La SAS VIF, filiale du groupe Vallat, est spécialisée dans la promotion immobilière, la gestion et la conciergerie haut de gamme, principalement en Savoie et Haute-Savoie.

Créé en 1956, le Groupe Vallat a développé un savoir-faire reconnu à la fois dans la promotion immobilière haut de gamme dans des lieux d’exception, dans la transaction et dans la gestion.

Sa filiale VIF gère ainsi la partie promotion du groupe, notamment en ce qui concerne la prospection foncière, l’étude de faisabilité, l’offre d’achat, mais aussi les nombreuses démarches administratives (comme le dépôt et l’obtention des permis de construire, l’obtention d’un financement, la signature de la promesse de vente, ou encore la signature de l’acte de vente), la commercialisation des biens, la construction et le suivi d’un chantier, le paiement des entreprises et le respect des règles et des normes (sécurité, accessibilité, phonique, construction, …).
Le Groupe Vallat a réalisé un chiffre d’affaires de 38,9 M€ en 2018. L’activité de VIF représente quant à elle 7% de ce dernier (soit environ 2,8 M€), et a été multipliée par 8 au cours des quatre dernières années (337 k€ en 2014).

La société émet une obligation afin de développer ses projets immobiliers, de financer sa croissance et d’être en mesure d’investir dans quatre nouveaux projets sur les pistes des stations de Courchevel et Megève.

L’obligation VIF offre un rendement de 7% et est remboursée mensuellement (intérêts et principal) sur une durée de 60 mois. Ainsi, pour 1 000 € investis, le souscripteur percevra 19,8 € bruts/mois, pendant 60 mois.

La souscription est ouverte du 23 avril au 31 mai 2019.
Droits de souscription : 1,5 % HT du montant souscrit.

Nous attirons votre attention sur les facteurs de risque liés à ce type d’investissement, notamment les risques de perte en capital et de non liquidité.

 

Pour en savoir plus

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

 

 

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

Nos articles les plus consultés

Les CGP doivent-ils avancer seuls ou groupés ?

 L’AVENIR S’INSCRIT-IL SEUL OU SUR UN MODE COLLECTIF ? Tribune d'Olivier Rozenfeld : Les CGP doivent-ils avancer seuls ou groupés ? C'est à cette question que tente de répondre Olivier Rozenfeld dans cette chronique. Il y évoque la nécessité de s'adapter aux...

Conférence avec Philippe CANDELORO : Placements financiers et investissements locatifs – Ces solutions dont on ne vous parle jamais …

Conférence avec Philippe CANDELORO : Placements financiers et investissements locatifs - Ces solutions dont on ne vous parle jamais ...   Au programme : Gestion du patrimoine privé : le regard de Philippe CANDELORO. Assurance vie et préjugés : ce que vous devez...

Découvrir ou redécouvrir les obligations ?

Expert chevronné, afficionado ou néophyte averti en matière d’investissement, il y a fort à parier que vous avez déjà entendu parler des obligations. Il est même possible que vous ayez eu l’opportunité de vous lancer sur le marché obligataire. Cependant, savez-vous...

Le dispositif Denormandie

Le dispositif Denormandie   Le dispositif Denormandie est un régime de défiscalisation consistant à acquérir un bien vétuste dans certaines communes, à le rénover puis le donner en location.   Nos experts sont formés sur ces problématiques, et les exemples donnés au...