Le CAC 40 n’est pas le reflet de l’économie Française. En effet, les entreprises qui composent l’indice sont bien plus présentes à l’étranger qu’en France. Par exemple, Total réalise plus de 70% de son chiffre d’affaires hors de France. Toutefois, il est pourtant intéressant d’observer la tendance de l’indice français pour faire un point de situation sur les marchés et l’économie. Tel est le point de départ de ce bilan après bientôt 10 mois de montagnes russes en 2023 et avant les réunions des banques centrales.

 

CAC 40

 

Le premier semestre de 2023 a été globalement positif pour l’ensemble des fonds, avec des performances exceptionnelles dans les thématiques des nouvelles technologies, du luxe et sur une partie du marché obligataire en raison des taux d’intérêt élevés. Toutefois, l’année 2022 fût tellement compliquée qu’il fallait nécessairement une réaction des marchés en 2023. Cependant, les mois d’août, septembre et octobre 2023 ont connu une période de correction, ou tout au moins une véritable consolidation sur l’indice.

En effet, le CAC 40 est passé de 7 580 points, porté principalement par cinq valeurs (LVMH, Hermès, L’Oréal, STMicro, Stellantis), à 6 800 points entre le 20 avril et le 19 octobre. Soit une baisse de 9,58 %. Pendant la même période, seul le S&P 500 aux États-Unis est parvenu à maintenir une tendance haussière (+3,59 %), principalement grâce au secteur des nouvelles technologies et des « Magnificent Seven » (Alphabet, Amazon, Apple, Meta , Microsoft, Nvidia, Tesla), qui ont contribué pour environ 92 % de la performance de l’indice parmi les 500 entreprises qui le composent.

 

 

CAC 40

CAC 40

 

 

La question qui se pose maintenant est de savoir si les marchés vont rebondir ou continuer à subir des corrections.

 

La réponse est étroitement liée à trois facteurs clés : le ralentissement de l’économie, l’inflation et la hausse des taux d’intérêt. Nous pourrions ajouter à ces trois facteurs la psychologie collective. Il est toutefois important de noter que les marchés financiers ont fait face, depuis de nombreux mois, à des événements économiques et géopolitiques peut-être sans précédent et ont fait preuve d’une résilience impressionnante face, entre autres, aux conflits en Ukraine, au Haut-Karabakh (Arménie), au Proche-Orient, à l’inflation résultant de la politique monétaire accommodante mise en place depuis 2008, à la crise bancaire, à la montée des taux d’intérêt, à la dette …

 

 

De nombreux acteurs ont été surpris par la hausse des marchés

 

Dans l’ensemble, de nombreux analystes, prévisionnistes, gestionnaires de fonds et autres experts économiques et géopolitiques ne s’attendaient pas à une telle résistance de l’économie. Surtout face à autant  d’évènements en si peu de temps. Ils ont donc été surpris, en particulier par la hausse des marchés entre octobre 2022 et avril 2023, alors que le CAC 40 atteignait 7 577 points le 21 avril 2023.

Beaucoup d’entre eux ont « manqué le train » car ils étaient convaincus que la hausse n’était pas durable compte tenu du contexte. Le Wall Street Journal a même qualifié cette hausse de  » the most hated rally « , la hausse la plus détestée, car elle a échappé à de nombreux investisseurs rendus nerveux par la situation. Nous vous rappelons nos vidéos et articles depuis l’été 2022, dans lesquels nous soulignions l’importance de se positionner et de « rester dans le train » dans ces périodes agitées. C’est toujours notre conviction forte pour les mois à venir.

 

Je souhaite investir en Private Equity : Cliquez ici !

 

 

Le CAC 40 a connu une baisse de 508 points entre le 15 septembre et le 25 octobre

 

Ensuite, entre avril et octobre, malgré un mois de juillet relativement favorable, le CAC 40 a connu une baisse significative. Une partie de cette baisse était corrélée à l’augmentation ultra-violente des taux d’intérêt (baisse de 508 points entre le 15 septembre et le 25 octobre). En résumé, nous nous retrouvons aujourd’hui avec un taux d’intérêt à 10 ans pour les obligations d’État français à 3,5 % (son plus haut en 2023) et un taux d’intérêt à 10 ans aux États-Unis dépassant les 5 % (son plus haut depuis 2007). L’une des incidences est que cela crée de l’anxiété chez les investisseurs. En effet, ces derniers craignent une hausse irrationnelle des taux jusqu’à ce que l’économie ralentisse de manière significative. Il est important de noter qu’il existe un décalage d’au moins 12 à 18 mois entre la hausse des taux et son impact sur l’inflation et l’économie.

 

 

CAC 40

CAC 40

 

 

Toutes les régions du monde ne réagissent plus de manière uniforme

 

 

Par ailleurs, il est également à noter que toutes les régions du monde ne réagissent plus de manière uniforme à cette situation, contrairement à la période post Covid.

La France demeure championne de l’épargne, atteignant un taux d’épargne de 19 % ces derniers mois. La culture française pousse les Français qui le peuvent à épargner en permanence, en prévision de difficultés économiques et financières futures. Ils sont généralement inquiets de l’avenir, que la conjoncture soit favorable ou défavorable. En effet, lorsqu’elle est favorable, les épargnants français craignent une dégradation, et lorsqu’elle est défavorable, ils attendent généralement une catastrophe.

Les États-Unis restent quant à eux les champions mondiaux de la consommation, car après avoir utilisé leur épargne, ils continuent à soutenir l’économie en maintenant la consommation des ménages via le recours à des prêts à la consommation liés à leurs cartes de crédit (à un taux de plus de 20 %). La dette américaine (120 % du PIB) dans son ensemble est effrayante. Mais contrairement à la dette Européenne, elle profite à la sécurisation des approvisionnements au bénéfice des semi-conducteurs par exemple ou à la sécurité nationale, ce qui n’est pas du tout le cas de la dette européenne qui profite majoritairement à l’importation via la consommation des ménages au profit de produits chinois. Par ailleurs, l’emploi reste dynamique outre-Atlantique, ce qui constitue un signe de résilience de l’économie et donc un facteur retardant en vue d’une éventuelle baisse des taux.

 

 

CAC 40

CAC 40

 

 

La FED s’interroge sur la légitimité de la poursuite de la hausse des taux d’intérêt

 

En conclusion, la Réserve fédérale américaine (FED) s’interroge sur la légitimité de la poursuite de la hausse des taux d’intérêt. Mais cette hausse semble peu probable lors de la prochaine réunion de la FED les 30 octobre et 1er novembre prochains.

Enfin, du côté de la Chine, les indicateurs sont un peu meilleurs que prévu, et le gouvernement mène actuellement un grand nettoyage fiscal et anti-corruption au sein des entreprises, sous couvert de protectionnisme. De plus, il laisse décliner certains géants tels que d’immenses acteurs de l’immobilier et la monnaie chinoise se déprécie fortement malgré les tentatives de soutien de la banque centrale. Cette grande réforme devrait probablement avoir un impact positif à long terme sur la croissance chinoise, mais pour l’instant, comme c’est souvent le cas en Chine, la situation est complexe.

 

Je souhaite dynamiser mon épargne : Cliquez ici !

 

Quel scénario se dessine pour la fin de l’année ?

 

Le scénario se dessinera encore une fois selon les trois principaux facteurs évoqués précédemment que sont le ralentissement de l’économie, l’inflation et la hausse des taux. À ces facteurs, nous pouvons ajouter les publications de résultats des entreprises du 3ème trimestre. L’inflation recule, on le sait, le pétrole qui était attendu à plus de 100$ le baril en raison du conflit au Proche-Orient reste pour le moment autour des 90 $. Cependant, le prix du gaz en Europe a bondi de 26% depuis l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre. Néanmoins, il est important de rappeler qu’il n’est « qu’à 50 euros » alors qu’il avait dépassé les 300 lors de l’invasion de l’Ukraine.

 

 

CAC 40

CAC 40

 

 

Les résultats des entreprises sont mitigés, mais pas forcément décevants

 

Concernant l’or, qui devrait être une valeur refuge dans ce contexte, l’once reste sous les 2000 € actuellement (contre un plus haut à 2063 $ en août 2020). Par ailleurs, le VIX, l’indice de la peur et de la volatilité, se situe autour des 20 points (il était monté à 83,56 en mars 2020 lors du 1er confinement). De plus, le froid tarde à arriver en Europe, ce qui permet une moindre consommation de gaz et d’électricité en vue de l’arrivée de l’hiver 2023 – 2024. D’autre part, le ralentissement économique entraine également une baisse de la consommation de pétrole, entre autres.

Du coté des résultats des entreprises pour le troisième trimestre, ces derniers sont mitigés, mais pas forcément décevants. Mais la moindre révision de résultats à la baisse est sanctionnée lourdement par les marchés. Finalement, les résultats à la baisse confirment que l’économie est en train de ralentir et que certaines entreprises commencent à souffrir. Auquel cas, une mauvaise nouvelle pourrait être une bonne nouvelle en vue de la baisse des taux.

 

Une mauvaise nouvelle pourrait être une bonne nouvelle

 

En conséquence, si cette tendance se confirme, cela pourrait être une bonne nouvelle car le ralentissement économique signifierait une accélération de la baisse de la consommation. Cela entraînerait un ralentissement du fret et donc de la consommation de pétrole. Au final, la baisse de l’inflation s’accélèrerait ce qui laisserait entrevoir les premiers signes de baisse des taux.

Mais tant que l’économie résiste, il est peu probable d’entrevoir le moindre signe de baisse des taux. Une fois de plus, sans visibilité, les investisseurs sont inquiets et lorsque les investisseurs sont inquiets, cela fait monter les taux. En conséquence, cela entraîne une baisse des marchés. On retrouve ainsi la notion de psychologie collective. Retrouvez une excellente vidéo sur le sujet en cliquant ICI !

 

Je souhaite obtenir un bilan sur mes placements : Cliquez ici !

 

 

CAC 40

CAC 40

 

 

L’inflation diminue, l’économie ralentit et beaucoup d’actifs sont fortement dévalorisés

 

Néanmoins, dans le contexte actuel où l’inflation diminue, l’économie ralentit et alors que beaucoup d’actifs sont fortement dévalorisés, on peut penser que nous sommes en train d’atterrir vers une phase de normalisation généralisée. En effet, on s’en rend compte avec des valorisations comme LVMH par exemple, qui présentent des résultats moins bons qu’espérés. Mais en y regardant de plus près, ils ne sont finalement pas mauvais et LVMH connait une année 2023 plutôt bonne. Idem en ce qui concerne l’immobilier, souvent sur-valorisé. Ce secteur connaitra une probable correction de plus de 20 % dans les mois à venir. Toutefois, notez que les foncières côtées se sont dégradés dès le début 2022 de façon certainement exagérée. De ce fait, elles attirent de nouveau les investisseurs qui commencent à saisir de belles opportunités sur ces marchés.

 

Un élastique tendu vers le bas

 

Nous traversons actuellement une période qui pourrait être imagée par « un élastique tendu vers le bas ». En conséquence, cette dévalorisation injustifiée de nombreux actifs laisse supposer un rebond puissant. Reste à savoir à quel moment l’élastique va se détendre. Mais les premiers signes de baisse des taux seront sans doute un élément déclencheur. D’autant plus si on prend en compte le fait que les marchés anticipent généralement de 6 à 8 mois.

 

 

CAC 40

CAC 40

 

 

La tech pourrait potentiellement reprendre 10 ou 15 % de hausse d’ici fin décembre

 

En conclusion, il faut encore résister face à la tendance baissière de ces dernières semaines car nous devrions en voir la fin dès que les premiers signes de baisse des taux seront visibles. JP Morgan annonçait mardi 24 octobre 2023 que « la tech », par exemple, pourrait potentiellement reprendre 10 ou 15 % de hausse d’ici fin décembre. Comme d’habitude, lorsque les fondamentaux sont bons, il est conseillé de ne pas bouger et de faire (encore) le dos rond.

 

Je souhaite obtenir des conseils pour placer un capital : Cliquez ici !

 

Indices Vs quelques uns de nos fonds préférés en 2023 Performances* depuis le 1er janvier (au 25/10/2023)
CAC 40 + 6,82 %
S&P 500 + 9,51 %
Dow Jones -0,08 %
Nikkei +19,83 %
JP Morgan Funds US Technologie + 36,29 %
PICTET Digital P Eur AC + 27,21 %
ODDO BHF Artificial Intelligence CN-Eur Ac + 23,63 %
US Growth Fund A + 14,95 %
COMGEST Growth India R Eur Acc + 12,22 %
Oddo BHF Actions Japon GC-Eur + 11,46 %
Oddo BHF Algo Trend US CR-Eur + 11,25 %
CLARESCO Allocation Flexible P + 10,67 %
CLARTAN Valeurs C + 9,25 %
DNCA Evolutif C + 8,47 %
Oddo BHF Valeurs Rendement CN-Eur +7,81 %
CENTIFOLIA C  + 7,10 %

CAC 40

 

 

Vous souhaitez découvrir l’évolution de notre sélection d’une centaine de fonds pour les étudier et les loger dans vos PER et vos contrats d’assurance-vie ? C’est sur Centaure Investissements Connect : Cliquez ici !

 

 

Pour en savoir plus

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

Communication non contractuelle

*Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. En conséquence, l’objectif de performance n’est pas garanti. L’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur qu’il ne garantit pas. Elles s’entendent hors fiscalité et frais de gestion annuels des contrats de capitalisation concernés.

En investissant sur des supports en unités de compte vous profitez du potentiel de performances des marchés financiers, mais vous prenez un risque de perte en capital. En effet, l’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte, mais ne garantit pas leur valeur. Celle-ci est soumise à des fluctuations, à la hausse comme à la baisse, en fonction de l’évolution des marchés financiers.

Notez qu’un entretien auprès d’un conseiller est indispensable afin de vérifier que les solutions présentées sont en cohérence avec votre situation. Sachez que la souscription à cette solution prendra en compte les objectifs et le profil d’investisseur de l’épargnant. L’investissement portant sur des supports en unités de compte présente un risque de perte en capital.

Nos articles les plus consultés

Assurance vie : Quelle stratégie pour 2024 ?

Le sujet à ne pas manquer en ce mois de février : Assurance vie : Quelle stratégie pour 2024 ?   En 2024, naviguer dans le monde de l'épargne nécessite astuce et stratégie, surtout lorsque l'on considère le véhicule d'investissement favori des Français :...

Aimer vieillir, vieillir mieux

« On ne peut pas s'empêcher de vieillir, mais on peut s'empêcher de devenir vieux », disait le peintre Henri Matisse (1869-1954). La vieillesse, loin d’être une défaite, est une victoire sur le temps. C’est vrai. Grâce à l’amélioration des soins, à l’avancée...

Election US et épargne long terme : Danger ?

Les élections américaines auront-elles un impact sur votre épargne à long terme ? Les élections présidentielles américaines représentent un événement de portée internationale. Elles captivent non seulement par leurs rebondissements politiques mais également par leur...

Quelles fiscalités applicables en 2024 ?

Quelles fiscalités applicables en 2024 ?   Fiscalité des particuliers applicable en 2024 ... Impôt sur le revenu, impôt sur la fortune immobilière, droits de mutation à titre gratuits, assurance-vie ... Retrouvez les éléments fiscaux du quotidien dans notre guide...
INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

Recevez l'actualité patrimoniale directement dans votre boîte mail en un clic. Nos experts décryptent pour vous l'actualité et les problématiques patrimoniales pour vous aider à accomplir vos projets.

You have Successfully Subscribed!

M