Est-ce la fin de la hausse des taux et le début d’une nouvelle ère ?

 

Le 14 septembre dernier, la Banque centrale européenne a pris une décision majeure en relevant ses taux directeurs, portant le taux de dépôt à un impressionnant 4 % (plus haut historique) et les taux directeurs à 4,75 %. Ce mouvement a été dicté par une série de facteurs, notamment les nouvelles projections économiques élaborées par l’équipe de la BCE et l’interprétation des conditions préalablement définies par le Conseil des Gouverneurs.

 

Fin de la hausse des taux

Fin de la hausse des taux ?

 

Les projections de la BCE pour la croissance économique de la zone euro ont été révisées à la baisse, avec une estimation de 0,7 % pour l’année 2023, contre 0,9 % précédemment prévu. Pour 2024, la croissance est maintenant attendue à 1,0 % au lieu de 1,5 %, et pour 2026, elle est fixée à 1,5 %, contre 1,6 % auparavant. La BCE qualifie cette révision de « substantielle ». Surtout étant donné qu’elle repose sur une prévision de croissance de seulement 0,3 % au deuxième trimestre 2023, une donnée inférieure à la première estimation d’Eurostat. Cette révision tient compte d’une projection de croissance de 0,5 % pour 2023, comparée à la prévision antérieure de 0,9 % en juin dernier, avec des implications sur la croissance en 2024.

 

Augmentation anticipée des prix de l’énergie

 

L’inflation fait également l’objet de révisions, à la hausse pour 2023 (5,6 % au lieu de 5,4 %) et pour 2024 (3,2 % au lieu de 3,0 %), mais à la baisse pour 2025 (2,1 % au lieu de 2,2 %). Cette hausse en 2023 et 2024 est attribuée à une augmentation anticipée des prix de l’énergie. Cependant, il est important de noter que la prévision d’inflation IPCH (Indice des prix à la consommation harmonisé IPCH) pour le quatrième trimestre 2025 est désormais à 1,9 %. Mais cela reste en deçà de l’objectif de 2,00 %. Si l’on exclut les prix de l’énergie et de l’alimentation, la BCE prévoit une inflation de 5,1 % pour 2023, de 2,9 % pour 2024, et de 2,2 % pour 2025 (comparé à 5,1 %, 3,0 % et 2,4 % respectivement).

 

Fin de la hausse des taux ?

Fin de la hausse des taux ?

 

Les prévisions montrent une inflation plus élevée à court terme

 

Dans un communiqué en date du 27 juillet, la BCE avait déjà annoncé que ses futures décisions seraient liées aux données publiées et : « Plus particulièrement, nos décisions relatives aux taux d’intérêt resteront basées sur notre évaluation des perspectives d’inflation compte tenu des données économiques et financières, de la dynamique de l’inflation sous-jacente et de la force de la transmission de la politique monétaire ».

En ce qui concerne les perspectives d’inflation, les prévisions montrent une inflation plus élevée à court terme. Cela principalement due à la hausse des prix de l’énergie. Mais ces mêmes perspectives montrent une inflation attendue à 1,9 % à la fin de la période (Q4 2025), ce qui est conforme à une inflation de 2 % à « moyen terme ». Les dynamiques d’inflation sous-jacente, quant à elles, sont positives. Tant du point de vue des projections d’inflation excluant l’énergie que de l’indice PCCI (Persistent and Common Component of Inflation), qui a atteint 2,63 % en juillet contre 2,83 % en juin. Ces éléments sont encourageants pour le Conseil des Gouverneurs.

Enfin, en ce qui concerne la transmission de la politique monétaire, les données semblent indiquer un impact plus rapide sur les conditions de financement par rapport à ce qui était observé dans le passé. Christine Lagarde a souligné la force du canal de transmission, suggérant qu’il était plus robuste que lors des cycles précédents.

 

Des hausses de taux malgré des prévisions de croissance européenne inquiétantes.

 

Ainsi, en se basant sur les critères définis par la Banque Centrale Européenne, tels que les anticipations d’inflation, la dynamique de l’inflation sous-jacente et la transmission de la politique monétaire, les données depuis juillet dernier semblent globalement positives. Cependant, malgré la baisse substantielle des prévisions de croissance, le Conseil des Gouverneurs a décidé d’augmenter les taux de 25 points de base, avec un fort consensus. Cette décision montre la détermination du Conseil à resserrer sa politique monétaire, même dans des conditions restrictives. Par conséquent, une nouvelle hausse des taux n’est pas exclue lors des prochaines réunions du Conseil. Et cela malgré des prévisions de croissance européenne inquiétantes.

 

L’impact de la hausse des taux

 

Rappelons que, pour qu’une hausse des taux d’intérêt ait un impact significatif sur l’économie et la croissance, il faut généralement attendre entre 12 et 24 mois. Cependant, au lieu d’opter pour une approche progressive en surveillant attentivement l’effet de ces hausses, la BCE semble avoir pris des mesures drastiques en prenant le risque d’un très fort ralentissement économique et de la croissance. En conclusion, cet entêtement à relever les taux en vue d’atteindre le  saint Graal des 2 % d’inflation laisse entrevoir une période économique européenne qui s’annonce difficile. Le rebond attendu après la période post-Covid est désormais derrière nous, laissant place aux défis posés par les hausses de taux d’intérêt qui semblent démesurées. Cela se traduit par un ralentissement économique significatif.

 

Je souhaite obtenir un bilan patrimonial : Cliquez ici !

 

Pour en savoir plus

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

Communication non contractuelle

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. En conséquence, l’objectif de performance n’est pas garanti. L’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur qu’il ne garantit pas. Elles s’entendent hors fiscalité et frais de gestion annuels des contrats de capitalisation concernés.

En investissant sur des supports en unités de compte vous profitez du potentiel de performances des marchés financiers, mais vous prenez un risque de perte en capital. En effet, l’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte, mais ne garantit pas leur valeur. Celle-ci est soumise à des fluctuations, à la hausse comme à la baisse, en fonction de l’évolution des marchés financiers.

Notez qu’un entretien auprès d’un conseiller est indispensable afin de vérifier que les solutions présentées sont en cohérence avec votre situation. Sachez que la souscription à cette solution prendra en compte les objectifs et le profil d’investisseur de l’épargnant. L’investissement portant sur des supports en unités de compte présente un risque de perte en capital.

Nos articles les plus consultés

La dissolution et les marchés

La récente dissolution de l'Assemblée nationale par le Président de la République, suite aux élections européennes, a eu un impact significatif sur les marchés financiers. Cette réaction immédiate, bien que marquée, ne reflète pas une panique, mais plutôt une série de...

La dette publique peut-elle survivre aux crises économiques ?

Le sujet à ne pas manquer en ce mois de juin : La dette publique peut-elle survivre aux crises économiques ?   Sujet à la fois complexe et crucial : l'impact des crises économiques sur la dette publique. Aujourd’hui, on peut dire que tout le monde en parle. Entre...

L’avance sur héritage : Tout ce que vous devez savoir

L’avance sur héritage permet de faire une donation à ses héritiers de son vivant. Si elle est possible, cette pratique est particulièrement réglementée. L’avance sur héritage constitue une véritable anticipation de la succession. Elle consiste à donner à ses héritiers...

Elections européennes : Quels enjeux pour l’avenir ?

L'élection des membres du Parlement européen, qui se déroulera du 6 au 9 juin prochains, est un moment important pour l'Union Européenne (UE). Tous les cinq ans, les citoyens de l'UE sont appelés à élire leurs représentants au Parlement, une institution clé qui...
INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

Recevez l'actualité patrimoniale directement dans votre boîte mail en un clic. Nos experts décryptent pour vous l'actualité et les problématiques patrimoniales pour vous aider à accomplir vos projets.

You have Successfully Subscribed!

M