Dans la foulée de la hausse des taux d’intérêt, les épargnants se sont rués sur les fonds monétaires depuis 2023. Malheureusement, toute bonne chose a une fin. La baisse des taux qui devrait être amorcée à partir du mois de juin doit inciter à se repositionner sur les actions…si ce n’est pas déjà le cas.

 

Cet article vous est offert par Centaure Investissements Connect !

PICTET PREMIUM BRANDS : TROP TARD POUR INVESTIR DANS LE LUXE ?

Le boom des fonds monétaires est-il bientôt terminé ?

 

Les fonds monétaires sont incontournables … à court terme

 

Depuis 2023, les fonds monétaires sont la coqueluche des épargnants. Ils peuvent prendre trois formes principales : OPCVM monétaire (organisme de placement collectif en valeurs mobilières), Sicav monétaire (société d’investissement à capital variable) ou FCP (fonds commun de placement) monétaire. Tous peuvent être intégrés au sein d’une assurance-vie ou d’un Plan Épargne Retraite. Ils sont une spécificité qui fait leur attrait actuel : leur rendement est corrélé aux taux directeurs de la Banque Centrale Européenne (BCE). Concrètement, en investissant aujourd’hui, il est possible d’obtenir un rendement de l’ordre de 4% – ce qui correspond au taux de dépôt de la BCE. N’importe qui de rationnel en profiterait. D’ailleurs, les épargnants français ne s’y sont pas trompés. Ils ont massivement investi dans les fonds monétaires depuis 2023.

Malheureusement, toute bonne chose a une fin. Maintenant que la bataille contre l’inflation élevée est presque gagnée en zone euro, la BCE va baisser ses taux, probablement dès le mois de juin. Ce sera progressif mais cela devrait significativement réduire l’intérêt d’investir dans des fonds monétaires. Il faut s’attendre à ce qu’on ait une rotation des fonds monétaires vers d’autres supports de placement plus rémunérateurs en principe. C’est là qu’il faut s’intéresser de plus près aux actions.

 

Bulle ou pas bulle sur les actions ?

 

« Oui, me direz-vous. Mais c’est cher. Les marchés boursiers ressemblent à s’y méprendre à la période de la bulle internet ». Combien de fois n’avons-nous pas entendu cela depuis le début d’année ?

Il y a deux différences majeures par rapport à la fin des années 1990.

1)           Les entreprises de la tech, qui représentent la majeure partie de la performance en bourse au niveau mondial, sont rentables, même très rentables. Ce n’était clairement pas le cas il y a vingt-cinq ans de cela.

2)           L’entreprise hégémonique du secteur de la tech, Nvidia, est au cœur de la révolution industrielle. Le cours de son action a augmenté de 77% depuis le début de l’année et de 225% en un an. Énorme. Trop ? Phénomène de bulle ? Non. Il faut comprendre de quoi on parle et pourquoi il y a une ruée des épargnants sur l’action Nvidia. Nvidia, ce n’est pas uniquement un fabricant de puces et de cartes graphiques qui sont les plus performantes pour être moteur d’IA (entraînement et inférences). C’est l’entreprise qui a réussi à se positionner sur l’intégralité de la chaîne de valeurs de l’intelligence artificielle. Il y a cinq ans, Nvidia a racheté Mellanox – une start-up israélienne qui est le spécialiste des liens haut débit (circuits, adaptateurs) pour les data centers, les supercalculateurs et les systèmes de stockage.

 

Nvidia cherche à ajouter une nouvelle brique IA à son architecture.

 

Cela a donné un avantage compétitif sans précédent à l’entreprise américaine et explique en grande partie ses excellents résultats financiers des derniers trimestres. Actuellement, Nvidia cherche à ajouter une nouvelle brique IA à son architecture. Son ambition ? Réussir ce qu’a fait Microsoft avec Windows, non pas dans le domaine de l’informatique, mais dans celui de l’IA. Bref, démocratiser l’IA ! D’où des discussions avancées pour le rachat de la start-up israélienne Run:ai qui a développé une plateforme IA accessible à tous. Si le rachat aboutit, probablement pour un montant d’un milliard de dollars, le champ des possibles pour Nvidia va être infini. Les coûts liés à l’utilisation du cloud et de l’IA sont énormes pour la plupart des entreprises. Grâce à une telle plateforme, même les plus petites entreprises pourront y avoir accès. Ce serait un bon important dans la révolution technologique en cours.

 

 

épargne de précaution

Le boom des fonds monétaires est-il bientôt terminé ?

 

 

Quel pourrait être le grain de sable qui casse cette belle mécanique porteuse pour les marchés financiers ?

 

Le principal, c’est que le législateur américain décide de voter des lois anti-trust ciblant spécifiquement les valeurs technologiques et Nvidia. Cela arrivera tôt ou tard…mais probablement pas avant plusieurs années. Ni les démocrates, ni les républicains n’évoquent cette possibilité, certainement parce que les États-Unis sont engagés dans une compétition technologique avec la Chine. On voit mal Washington se faire hara-kiri*.

Il est donc probable que la dynamique boursière liée à l’intelligence artificielle et à Nvidia, qui est quasiment une entreprise systémique en bourse, se poursuive dans les mois et les années à venir. Il y aura évidemment des phases de respiration du marché. C’est le fonctionnement habituel de la bourse. C’est sain. Cela permet aux épargnants qui ont raté le rallye en cours de trouver des points d’entrée.

 

Coussin de sécurité

 

II y a un autre élément qui permet d’être confiant pour les actions à moyen terme. Avec la baisse des taux par les banques centrales qui va être enclenché dans deux mois, une partie du cash qui est actuellement placé dans le monétaire va aller vers les actions à la recherche de rendements plus élevés. Cela va constituer un coussin de sécurité pour le marché des actions dès la deuxième partie de l’année. On avait déjà eu un aperçu de cette rotation lorsque le taux d’intérêt à 10 ans sur la dette américaine est passé sous 4% en décembre 2023. Cela avait boosté l’appétit pour les actions. Difficile, dans ces conditions, d’être pessimiste pour la bourse en 2024.

* forme rituelle de suicide masculin par éventration pratiquée au Japon (jusqu’à la Seconde guerre mondiale).

 

Je souhaite obtenir des conseils sur la gestion de l’épargne : Cliquez ici !

 

CAC 40

Le boom des fonds monétaires est-il bientôt terminé ?

 

Pour en savoir plus

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

Communication non contractuelle

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. En conséquence, l’objectif de performance n’est pas garanti. L’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte et non sur leur valeur qu’il ne garantit pas. Elles s’entendent hors fiscalité et frais de gestion annuels des contrats de capitalisation concernés.

En investissant sur des supports en unités de compte vous profitez du potentiel de performances des marchés financiers, mais vous prenez un risque de perte en capital. En effet, l’assureur s’engage sur le nombre d’unités de compte, mais ne garantit pas leur valeur. Celle-ci est soumise à des fluctuations, à la hausse comme à la baisse, en fonction de l’évolution des marchés financiers.

Notez qu’un entretien auprès d’un conseiller est indispensable afin de vérifier que les solutions présentées sont en cohérence avec votre situation. Sachez que la souscription à cette solution prendra en compte les objectifs et le profil d’investisseur de l’épargnant. L’investissement portant sur des supports en unités de compte présente un risque de perte en capital.

 

Le boom des fonds monétaires est-il bientôt terminé ?

Nos articles les plus consultés

Investir dans les actions sur le long terme

Investir dans les actions sur le long terme : une stratégie éprouvée pour faire prospérer son patrimoine   L'investissement dans les marchés boursiers a toujours été une pierre angulaire des portefeuilles d'investissement, principalement en raison de son potentiel de...

Comprendre l’univers des crypto-actifs

Comprendre l'univers des crypto-actifs peut s'avérer complexe. En effet, d'une part cette classe d'actifs est souvent mal connue. D'autre part, elle est sujette à des malentendus. En conséquence, conscients de cette réalité, Centaure Investissements a choisi une...

La FED et l’économie mondiale

Analyse : Jérome Powell et l'impact des décisions de la FED sur l'économie mondiale   Le 1er mai a été choisi par la Réserve Fédérale des États-Unis pour annoncer sa troisième décision de politique monétaire de l'année. Cette date est dépourvue de significations...

Contrat de capitalisation pour une société soumise à l’IS

  En présence d'une trésorerie disponible (bénéfice, cession d’un actif, etc.), votre société, soumise à l’impôt sur les sociétés, peut décider la sortie des capitaux en faveur de ses associés (distribution de dividendes, remboursement de compte courant) ou choisir de...
INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

Recevez l'actualité patrimoniale directement dans votre boîte mail en un clic. Nos experts décryptent pour vous l'actualité et les problématiques patrimoniales pour vous aider à accomplir vos projets.

You have Successfully Subscribed!

M