Le prêt familial peut être une alternative intéressante à la donation pour aider un proche à réaliser un projet personnel ou professionnel. Toutefois, quelques précautions évitent certains écueils, particulièrement les écueils fiscaux.
Qu’il s’agisse d’une acquisition immobilière ou d’un projet professionnel, il n’est pas rare de solliciter son entourage familial pour bénéficier d’une aide financière. Il est fréquent que des parents, voire des grands parents, aident leurs descendants, ou encore, qu’un frère ou qu’une sœur vienne en aide à un autre membre de la fratrie. Dans la majeur partie des cas, les membres de la famille envisagent souvent de recourir à la donation (lorsque c’est possible). Mais, savez-vous qu’il existe des alternatives aux donations, comme le prêt familial ? Toutefois, les précautions de rigueur doivent être mises en place dans ce cas de figure, car cette solution simple et pratique peut entraîner une requalification de la part de l’administration fiscale si sa mise en place est aléatoire.

Qu’est ce que le prêt familial ?

Le prêt familial est un contrat bilatéral entre un prêteur et un emprunteur. Ainsi, le prêteur propose à l’emprunteur une somme d’argent, un objet, ou du matériel, qui lui restituera selon les modalités du contrat.
Il s’agit d’un emprunt, de plus de 1500 euros, et constaté par écrit (Art. 1341 du Code Civil), entre membres d’une même famille (parents, enfants, frères et sœurs). Le contrat de prêt sera signé des deux parties. Cela paraît être du bon sens mais sachez que dans le cadre d’une reconnaissance de dette, cette dernière ne sera signée que par l’emprunteur. Le contrat de prêt précisera les conditions prévues entre le prêteur et l’emprunteur, à l’occasion de la mise en place de l’opération. On trouvera dans ce contrat le montant emprunté, la durée du prêt, le taux d’intérêt négocié entre les parties (si le prêt est réalisé à 0%, il faudra le préciser), ainsi que les conditions de remboursement. La rédaction du contrat devra se faire avec un soin particulier et faire état de ces mentions obligatoires. Il est recommandé de solliciter un professionnel du droit pour rédiger le contrat afin de le sécuriser juridiquement et permettre d’en assurer la bonne exécution sans ambiguïté, et sans doute, tant sur la forme que sur le fond.

Comment le mettre en pratique ?

La déclaration d’un prêt familial est obligatoire dès lors que son montant est supérieur à 760 €. Cette déclaration sera faite à l’aide du formulaire numéro 2062 qui devra être joint avec la déclaration des revenus. Il est fortement recommandé d’enregistrer le prêt familial auprès de l’administration fiscale, ce qui lui confère une date certaine, si celui-ci n’a pas été rédigé par un notaire. Cela permet également à l’emprunteur de pouvoir justifier de l’origine des fonds reçus ainsi que leur traçabilité. Ces formalités pourront éviter le risque de requalification du prêt en donation déguisée.

Prêt familial et fiscalité ?

Dès lors que le prêt génère des intérêts, le prêteur devra déclarer ces derniers sur sa déclaration de revenus (case 2TR). Ces intérêts intègreront le barème progressif de l’impôt sur le revenu, sans oublier bien sûr les prélèvements sociaux (17,2%). Du côté de l’emprunteur, ses intérêts sont déductibles des revenus fonciers, dès lors que l’emprunt a servi à financer un investissement locatif.

En cas de décès du préteur ou de l’emprunteur

La dette n’est pas effacée en cas de décès de l’emprunteur. Ce sont ses héritiers qui devront s’acquitter du prêt, celui-ci intégrant la succession (à condition que les héritiers acceptent la succession). Dans le cas contraire, si le prêteur décède, le capital restant dû du prêt devra être déclaré dans l’actif successoral.

Le prêt familial reste donc une solution intéressante pour aider ses enfants par exemple. Néanmoins, l’administration fiscale reste très vigilante à l’égard de ce type de pratique. Il est fortement recommandé de solliciter les services de son notaire pour la réalisation de l’acte de prêt notarié, et ainsi éviter les écueils juridiques et fiscaux.

 

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

Nos articles les plus consultés

Bientôt Noël : Cadeau ou donation ?

Plus qu'un mois avant Noël : où s'arrête le cadeau et où commence la donation ?   Cadeau ou donation   Plus qu'un mois avant Noël : où s'arrête le cadeau et où commence la donation ? Vous envisagez de faire un chèque à vos enfants ou à l'un d'eux pour Noël...

Investir dans un groupement foncier viticole

Investir dans un groupement foncier viticole ​ Juridiquement, un GFV (Groupement Foncier Viticole) est une société civile. Une telle structure est créée pour permettre aux particuliers d’investir dans le domaine du vin, du champagne, etc. Factuellement, il s’agit ici...

Diminuer l’impôt avec le PER

Comment déduire votre épargne retraite de votre imposition ​ Si vous avez eu la bonne idée d’abonder votre Plan d'Épargne Retraite Populaire (PERP), votre Plan d'Épargne Retraite (PER) ou votre contrat Madelin en 2022, vous allez pouvoir bénéficier d’une déduction...

CREDIT – Comment bien choisir son assurance emprunteur ?

  La question des abonnés   Comment bien choisir son assurance emprunteur ?   Depuis la loi Lagarde du 1er septembre 2010, les banques ne peuvent plus vous imposer leur assurance de groupe lors de la souscription d’un crédit. En conséquence, l’emprunteur...
INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

Recevez l'actualité patrimoniale directement dans votre boîte mail en un clic. Nos experts décryptent pour vous l'actualité et les problématiques patrimoniales pour vous aider à accomplir vos projets.

You have Successfully Subscribed!

M