L’œil du cyclone face aux fondamentaux des placements

Le premier semestre va prendre fin et nous sommes dans l’œil du cyclone. C’est généralement à ce moment précis que l’irrationalité prend le pas sur les fondamentaux et le rationnel.

Nous communiquons depuis la fin d’année dernière sur le fait que l’année 2022 sera l’année de la volatilité. C’est le cas. Les raisons qui font actuellement des marchés, de véritables montagnes russes sont simples. Tout d’abord, l’inflation est prédominante partout dans le monde.

Nous avions la conviction en début d’année qu’elle serait temporairement durable. Et ce sera probablement le cas. Nous maintenons notre prévision de 6 à 7 % sur l’année 2022 pour la France. Et l’inflation entraine la hausse des taux par les banques centrales. Par ailleurs, nous nous étions habitués depuis 2008 à l’injection massive de liquidités dans l’économie, plus techniquement appelée quantitative easing. Une cocaïne monétaire qui permettait de tout pardonner (dette, crises, crise de la dette …) et de voir apparaitre d’énormes incohérences, particulièrement dans les nouvelles technologies.

Centaure Investissements vous propose de faire le point économique en lien à vos placements

 

Croissance et inflation

L’œil du cyclone face aux fondamentaux des placements

Les meilleurs exemples pour illustrer ces incohérences sont certaines entreprises technologiques qui valorisent à des niveaux « stratosphériques » alors qu’elles ne sont pas rentables du tout (Uber Eats).

L’arrêt d’injections massives de liquidités marque donc la fin d’une ère et un réajustement des valorisation vers une normalité plus cohérente, qui s’appuie sur la qualité des actifs et de leur valorisation. Qui s’appuie donc sur de vrais fondamentaux.

 

Un énorme krach

 

Ainsi, les actifs virtuels tels que les cryptomonnaies, les NFT ou les start-up au business model quasi inexistant, qui vivaient sur des levées de fonds successives sans se soucier de la rentabilité subissent cette année un énorme krach et un dur retour à la réalité des fondamentaux utiles à la valorisation.

Par ailleurs, les actifs, certes sur-valorisés du fait de l’excès de liquidités, telles que les GAFA où les entreprises du luxe voire les entreprises saines liées aux nouvelles technologies, subissent une baisse de valorisation mais résistent néanmoins en accusant des baisses de l’ordre de -20 % à – 35 % depuis le début de l’année.

Quant aux actifs plus sains et plus rentables, aux fondamentaux avérés, longtemps délaissés par les investisseurs et aujourd’hui recherchés par les fonds dont le métier et d’acquérir des titres « dévalorisés » par rapport à une valeur d’actifs tangibles, ces derniers ont moins souffert pour ne subir une baisse de « seulement » -5 à -25 % depuis le 1er janvier 2022.

L’œil du cyclone face aux fondamentaux des placements

Dans l’œil du cyclone

 

Cette période durant laquelle nous nous retrouvons dans l’œil du cyclone est toujours particulière. Beaucoup céderont à la panique à partir de maintenant en pensant que la fin du monde est proche et qu’ils perdront sous peu ce qu’il leur reste d’économies.

Et plus la volatilité sera importante, plus les secousses seront nombreuses sur les marchés et plus il y aura d’exagérations, tant sur les marchés financiers que chez les épargnants. Toutefois, c’est à ce moment précis que se dégagent de belles opportunités. En effet, nous ne sommes peut-être pas au plus bas de l’année, mais c’est incontestablement le moment de s’intéresser à ce point de lumière qu’on distingue à l’horizon, au-delà des nuages noirs et des embruns.

 

Remontons le temps !

 

Remontons le temps ! Quelle est l’origine de ce cyclone ? Une fois n’est pas coutume, c’est à l’ouest qu’il faut regarder. Aux États-Unis précisément, qui présentent un chiffre de l’inflation historique. Un record depuis l’élection du 40ème président des États-Unis, entré en fonction le 20 janvier 1981. En effet, sur une base de 8,6 % en mai, en rythme annuel, ce niveau d’inflation n’a pas été constaté depuis décembre 81. Et ce record a surpris bon nombre d’experts qui estimaient ce phénomène inflationniste ponctuel, malgré des prix de l’énergie et des prix alimentaires en très forte hausse continue. Ce qui nous laissait penser, pour notre part, que ce qui était annoncé comme ponctuel serait probablement un peu plus long que prévu.

L’œil du cyclone face aux fondamentaux des placements

La hausse des taux

 

Ainsi, cette dérive inflationniste a entrainé la hausse des taux, dans un premier temps, par la FED (banque centrale Américaine) environ 6 mois avant la BCE (Banque centrale Européenne). L’avantage est que, comme souvent, en observant ce qui se passe aux États-Unis, nous savons ce qui se passera en Europe quelques mois plus tard. A moindre échelle toutefois, car le vieux continent est généralement moins extrême dans les chocs de marchés.

La conséquence de l’inflation et de la hausse des taux pourrait être une récession. L’inflation entrainant une baisse de pouvoir d’achat qui entraine elle-même un ralentissement de la consommation qui provoque une baisse de la croissance. Et plus les banques centrales monteront les taux et plus la croissance ralentira.

 

Un certain retour à la normale

 

Néanmoins, pour une fois, ce ralentissement de la croissance devrait permettre un certain retour à la normale. En effet, il devrait avoir pour effet de voir se fluidifier les goulets d’étranglement provoqués par une forte pression sur l’économie, elle-même amplifiée par les pénuries de matières premières, de main d’œuvre, et bien sûr par l’inflation.

Un autre effet attendu, serait une baisse de l’inflation qui permettrait de retrouver un fonctionnement normal de l’économie post covid. N’oublions pas que le rebond lié aux confinements, qui ont stoppé net la vie économique mondiale, ont eux-mêmes été stoppé par la guerre en Ukraine, et ne sont probablement pas terminés.

Cette séquence de récession provoquée « volontairement » par les États-Unis, avec une remontée forte et rapide des taux d’intérêt pourrait alors durer un peu plus d’un semestre, le temps que la pression retombe.

 

Alors que faire ?

 

Alors que faire ? C’est la question que se pose bon nombre d’épargnants et d’acteurs institutionnels. Là encore, une fois n’est pas coutume,  » Patience est mère de toutes les vertus « . Il serait stupide de se jeter par-dessus bord alors qu’on est dans l’œil du cyclone. C’est à ce moment précis qu’il convient de regarder les fondamentaux. Mais c’est également à ce moment précis que la période de solde va démarrer sur les marchés.

Ceux qui ont su être patients n’ont pas paniqué jusqu’à présent et ont pris le temps avant d’envisager d’arbitrer les obligations, le crédit, et plus globalement tout ce qui est inversement proportionnel à l’évolution des taux d’intérêt. Le manque de visibilité ne laissait pas entrevoir d’alternative crédible. Ils ont donc fait le dos rond malgré les oscillations de marchés et vont maintenant pouvoir envisager d’investir ou d’arbitrer vers les fondamentaux solides qui commencent à émerger.

 

Prenons par exemple

 

Prenons par exemple le titre LVMH qui se situe à 545 euros. Il était à 785 euros le 5 janvier dernier. Cette baisse d’environ 30 % n’est pas lié à la solidité du groupe, qui a plus que doublé son résultat opérationnel en 2021 par rapport à 2020 et qui bénéficie d’une marge opérationnelle courante à 26,7 %, en hausse de 8 points entre 2021 et 2020. Les fondamentaux de LVMH sont excellents et le titre s’achète aujourd’hui sur un PER de 20,76.

Pour rappel, le PER ou Price Earning Ratio est le rapport entre le cours de bourse d’une société et le bénéfice net par action. Il permet de valoriser une entreprise en fonction des bénéfices réalisés ou espérés. Le PER est un ratio intéressant pour comparer une entreprise à ses pairs ou voir à quel niveau de valorisation se situe une action par rapport à sa moyenne historique.

Un PER élevé devrait normalement indiquer une entreprise rentable, au business model solide et à la valorisation saine. A titre de comparaison, Nvidia, autre star des marchés, mais dans le domaine des nouvelles technologies propose un PER de 38,23. Elle bénéficie d’un PER élevé en partie grâce au domaine d’activité purement technologique et aux projets développés et prometteurs. Ainsi, les investisseurs et autres fonds d’investissements n’hésitent pas à acheter cette valeur sur une base de PER élevé, mais néanmoins bien plus bas qu’il y a quelques mois.

L’œil du cyclone face aux fondamentaux des placements

Oddo Avenir Europe

 

Dans le secteur des OPCVM et de l’assurance-vie, nous retrouvons des situations similaires avec par exemple l’un de nos fonds préférés : Oddo Avenir Europe, OPCVM star de la maison Oddo BHF. Ce fonds est en souffrance depuis le 1er janvier (-22,86 %), mais il bénéficie d’excellents fondamentaux et reste peu ou prou dans son track record moyen de plus de 12 % par an, soit 128,6 % de rendement sur les 10 dernières années.

Rester ou arbitrer sur ces solutions aux fondamentaux solides et historiquement fiables permet de voguer plus sereinement vers des temps moins agités.

 

Deux écoles se distinguent en vue des prévisions à venir.

 

D’une part, des acteurs, qui prévoyaient une inflation de courte durée, envisagent une arrivée au port trop rapide en annonçant la catastrophe provoquée par une récession brutale assortie d’une inflation élevée. Dans le jargon, ils parleront de hard landing ou d’atterrissage brutal. Ce type d’atterrissage dont vous vous souvenez toute votre vie lorsque les masques tombent sous votre nez et que les passagers se regardent apeurés sans pouvoir agir sur quoi que ce soit.

 

Atterrissage en douceur

 

D’autre part, d’autres acteurs pensent que l’arrivée au port se fera en douceur. Ils évoquent, certes une courte récession, mais toutefois bénéfique puisqu’elle provoquera une chute de l’inflation. Dans le jargon, vous l’aurez deviné, c’est ce qu’on appelle le soft landing ou atterrissage en douceur.

Il s’agit là de notre conviction. Vous savez ? C’est ce commandant de bord qui pose son avion en douceur et que les gens applaudissent une fois que l’avion est au sol. Comme si on applaudissait le boulanger lorsqu’il réussit son pain (petite dédicace à Alex) !

Quoi qu’il en soit, mettez vos gilets de sauvetage (au cas où), restez sereins, et tout devrait bien se passer. Pensez aux fondamentaux … Si ils sont solides dans vos placements, vous n’avez pas trop à vous inquiéter car votre épargne résistera. Et le pire est probablement (presque ?) derrière nous.

L’œil du cyclone face aux fondamentaux des placements

Chez Centaure Investissements, nos conseillers sont des experts généralistes intervenant sur tous les domaines patrimoniaux :

La relation de confiance qui se tisse avec le client nécessite également des capacités relationnelles très développées. La pédagogie est également une compétence précieuse pour proposer un conseil pertinent, clair ne portant pas à confusion pour l’investisseur particulier.

Toutefois le conseiller n’est pas omniscient. Il ne se substitue pas aux autres experts (notaires, avocats, experts-comptables ou sociétés de gestion). En réalité, il va coordonner les conseils et l’action, occasionnellement, lorsque l’intervention d’un spécialiste est nécessaire pour son client, à l’image d’un chef d’orchestre patrimonial. Par exemple, Centaure Investissements travaille en partenariat avec plusieurs cabinets d’avocats et d’expertises comptables pour accompagner au mieux ses clients en co-construction de la stratégie patrimoniale.

Conseiller gestion patrimoine conseiller financier expliquant le rôle du conseiller en gestion de patrimoine

 

 

En bref

  • Le rôle du conseiller en gestion de patrimoine est d’être le chef d’orchestre de vos finances, et d’une façon générale, de votre patrimoine dans son ensemble, pour vous permettre de concrétiser vos projets et de régler des problématiques patrimoniales.
  • Il vous conseille et met en œuvre des stratégies pour y parvenir.
  • Son indépendance vous garantit un conseil impartial, personnalisé et orienté vers votre réussite, sans conflit d’intérêt quant aux solutions proposées.
  • Pour mieux vous conseiller, il va s’entourer d’autres experts qui vont vous apporter leurs connaissances et ainsi vous donner toutes les clés pour faire fructifier votre patrimoine.
  • Enfin, il s’adresse à tout un chacun. Nul besoin d’être fortuné pour prévoir sa future retraite, assurer sa maison, ou encore placer ses économies.

Nos articles les plus consultés

Récession, LEP et inflation immobilière

Les brèves patrimoniales de Centaure Investissements : Semaine du 1er août 2022     Centaure Investissements fait un point hebdomadaire sur les sujets liés à votre argent et à votre patrimoine. Nous vous proposons donc dans ce rendez-vous, trois brèves...

ENTREPRISE INDIVIDUELLE – Est-il opportun d’opter pour l’impôt sociétés ?

ENTREPRISE INDIVIDUELLE – Est-il opportun d’opter pour l’impôt sociétés     La question des abonnés :   ENTREPRISE INDIVIDUELLE – Est-il opportun d’opter pour l’impôt sur les sociétés ?   Depuis le 15 mai 2022, l’entrepreneur individuel peut opter...

Cryptos, fonds euros et piscines !

Les brèves patrimoniales de Centaure Investissements : Semaine du 25 juillet 2022   Crytos, fonds euros et piscines !   Centaure Investissements fait un point hebdomadaire sur les sujets liés à votre argent et à votre patrimoine. Nous vous proposons donc...

La BCE augmente les taux : danger pour l’économie ?

La BCE augmente les taux à 0,50 % au lieu de 0,25 % prévus initialement.   Et c’est la panique … dans les médias ! Toutefois, n’oublions pas qu’on ne parle que des trains qui arrivent en retard. Les bonnes nouvelles ne sont pas bankables. C’est vrai qu’il n’y...
INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

INSCRIVEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER PATRIMONIALE

Recevez l'actualité patrimoniale directement dans votre boîte mail en un clic. Nos experts décryptent pour vous l'actualité et les problématiques patrimoniales pour vous aider à accomplir vos projets.

You have Successfully Subscribed!

M