Le point macro-économique de Septembre 2018

Hormis les actions américaines, point de salut ! On constate un réel paradoxe : les performances des classes d’actifs sont décevantes malgré une croissance mondiale proche de 4% portée par l’économie américaine. C’est la montée des risques qui explique ces faibles performances et qui assombrit les perspectives futures.

Que se passe-t’il ?

1. La guerre commerciale : Si les droits de douane mis en œuvre actuellement (110 milliards USD) restent presque insignifiants à l’échelle de l’économie mondiale, c’est la remise en cause des traités de libre- échange qui menace la croissance mondiale. La Chine doit ainsi stopper son programme de désendettement pour relancer son économie par le crédit, une mesure en contradiction avec ses objectifs. Quoi qu’il en soit, les effets se font déjà sentir sur les pays émergents les plus fragiles qui subissent à la fois le ralentissement conjoncturel chinois, la hausse du dollar et du prix du pétrole (pour les pays importateurs). Si l’on y ajoute les problèmes spécifiques de l’Argentine, du Venezuela ou de la Turquie, il nous semble difficile d’être positifs sur ces marchés tant que des premiers signaux de stabilisation ne se seront pas manifestés.

2. La montée du souverainisme : On peut raisonnablement douter de la rationalité économique de certaines décisions politiques dictées par des considérations électorales populistes. Celles-ci ayant un impact budgétaire important, cela rend les prévisions d’autant plus incertaines.

3. La normalisation des politiques monétaires : Le durcissement des conditions monétaires en cours devrait provoquer un retrait de liquidités sur un marché dopé aux rachats d’actifs et aux taux faibles depuis 10 ans. Le sevrage devrait être douloureux et pourra entrainer des réajustements d’allocation, notamment au profit des actifs réels.

Quelles sont les perspectives économiques de fin d’année ?

Tout n’est pas noir, loin de là. Les entreprises traversent sans problème cette période complexe et augmentent de manière significative leurs capacités bénéficiaires (entre 10 et 25% suivant les zones géographiques). Il faut donc rester investi en actions américaines et européennes d’autant plus que le marché reste abordable, comme l’indique la contraction des multiples de valorisation sur ces deux zones depuis un an (aux US, hausse de 25% des bénéfices sur l’année 2018 alors que la hausse des actions se limite à 10% ). Côté européen, nous observons enfin un frémissement à la hausse des prévisions des analystes pour l’année 2019. Un premier signe encourageant !
Sur l’obligataire, nous revenons sur les obligations convertibles et les obligations à haut rendement après la récente baisse de volatilité et la hausse des spreads (écart ou différentiel entre deux taux) sur les obligations les plus risquées. Quant aux obligations d’Etat, nous maintenons un avis négatif considérant le couple risque/rendement défavorable.
Pour autant nous ne négligeons pas la montée des risques et achetons des devises fortes à savoir le dollar, le yen et le franc suisse.
L’Italie reste sur une ligne de crête et la publication du budget le 15 octobre pourrait être sportif tant la rhétorique populiste des deux leaders reste forte. A 250 points de base de spread contre le 10 ans allemand il y a plus de place à l’écartement que l’inverse. Allégez les obligations italiennes !
Un autre risque réside dans une hausse soudaine du prix du pétrole liée à une rupture de la chaine d’approvisionnement et à un emballement du risque politique au Moyen-Orient. Achetez de la couronne norvégienne, elle est décotée et récemment décorrélée de la hausse des cours du brut alors même que la banque centrale va monter ses taux et que l’inflation accélère.
Enfin, le non coté offre toujours de belles perspectives de rendement sans subir la volatilité des valorisations à court terme.

 

Quelle tendance pour l’économie mondiale ? Scénario Oddo – BHF à 6 mois.

Source : Slide de notre conférence du 18/09/2018 à Cognac (Cf : https://www.centaure-investissements.com/conference-laurent-jalabert/).

A l’évidence, l’objectif de réaliser une performance de 5% à 10 % sur 5 ans, toutefois sans garantie aucune d’y parvenir, est envisageable sur les fonds actions à condition d’accepter une part de risque. A noter qu’une performance moyenne de 7,5 % par an pendant 10 ans permet de doubler son capital. Dans le cas de notre exemple avec les fonds Oddo – BHF à l’occasion de l’intervention de Damien Salembier, Directeur Associé, lors de notre conférence sur le sujet, le 18 septembre dernier, nous constatons que les fonds actions ont performés de plus de 5% par an en moyenne sur 5 ans dans pratiquement tous les cas (Cf. performances des fonds actions Oddo BHF). Il est rappelé que les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

En conclusion, nous pensons qu’il reste un potentiel non négligeable de performances à réaliser sur les fonds de moyenne capitalisation aux Etats Unis. Idem sur l’Europe pour les petites et moyennes capitalisations. L’écart avec les USA, qui établissent toujours de nouveaux records à la hausse, commence néanmoins à se resserrer, et la BCE n’envisage visiblement pas une remontée des taux avant l’été prochain. Pour compléter ces convictions, nous observons également que les fonds immobiliers, les fonds obligataires datés, ainsi que certains fonds flexibles augurent de belles perspectives à court et moyen terme.

Vous recherchez une solution de placement financier adaptée à votre situation ? Nous pouvons vous y aider.

Nos experts patrimoniaux peuvent vous aider à trouver les solutions de placements qui vous conviennent ou qui conviennent à votre entreprise. Vous pouvez nous contacter très simplement en cliquant ici, et nous vous recontacterons au plus vite avec une solution personnalisée en fonction de votre demande.

Si cette information vous a paru utile et pertinente, vous pouvez partager cet article avec votre réseau.

Nos articles les plus consultés

Le dispositif Denormandie

Le dispositif Denormandie   Le dispositif Denormandie est un régime de défiscalisation consistant à acquérir un bien vétuste dans certaines communes, à le rénover puis le donner en location.   Nos experts sont formés sur ces problématiques, et les exemples donnés au...

Plafonnement des avantages fiscaux ? On vous dit tout !

Plafonnement des avantages fiscaux ? On vous dit tout !Si vous bénéficiez de crédits et réductions d’impôts, sachez que certains de ces avantages sont plafonnés. On vous dévoile tout !  Nos experts sont formés sur ces problématiques, et les exemples donnés au dessous...

Réduire ses impôts, Pinel ou Censi Bouvard ?

Pinel ou Censi-Bouvard : Le matchQuels avantages et quels inconvénients ? Le match de l'immobilier de défiscalisation en vidéo entre les deux solutions les plus fréquentes pour bénéficier de réductions d'impôt sur le revenu grâce à l'immobilier locatif.   Nos experts...

Revenus fonciers – Faut-il réaliser des travaux en 2019 ?

Revenus fonciers - Faut-il réaliser des travaux en 2019 ? Il s’agit d’identifier les différences entre location meublée professionnelle et non professionnelle. Nos experts sont formés sur ces problématiques, et les exemples donnés au dessous ne sont pas forcément...